La fin.

“!”

Encore ces foutus cauchemars… Le même depuis des semaines, coincé dans le kolizéum à affronter de pauvres paysans qui ont reçu tellement de coups qu’ils se mettent à délirer et ont du mal à parler. « GG », « TG »,« bjr ».

*brrrr*

Red frissonna.

« Autant ne plus y penser, cela ne m’avancera à rien. » Il en avait eu des sueurs froides, chose qui l’étonnait d’autant plus qu’il n’était composé que d’os.

Red essaya de se lever.

*craaaaaaaaaac*

« Argh »

Red ne put s’empêcher de pousser un long râle. Son bras droit se trouvait désormais complètement détaché du reste de son corps.

« Cette journée commence décidément bien dis-donc. Bon, tant pis, je verrai comment arranger ça à mon retour. »

Red se leva péniblement, et se dirigea vers la porte. Il s’arrêta en passant devant le bout de verre qui lui servait de miroir.  Ses os étaient fêlés à de nombreux endroits, et son crane particulièrement portait de nombreuses marques, résultat des combats  qu’il avait jusque-là effectué. Une marque particulièrement profonde marquait le côté droit de son visage.

« Inoffensif, qu’ils disaient.  Tu t’en sortiras facilement qu’ils disaient. Saleté de tournesol affamé. », Grommela-t-il.

Red soupira. Il se trouva bien vieux. « Probablement la fatigue »

Il décida enfin de s’éloigner de cet objet qui le faisait déprimer plus qu’autre chose. Sortant de chez lui, il aperçut plusieurs personnes en pleine discussion. « Probablement en route pour un donjon », pensa-t-il. Il se rapprocha discrètement pour écouter leur conversation.

« Bons, ont va le chain se RM, et puis ensuitte je proposeux qu’on recrut hl pour fere ben, on pass tr com ca pr pas gener » dit l’un des membres de l’expedition.

Cette phrase eut le même effet qu’un coup de dague.

« Je vais faire comme si je n’avais rien entendu. », pensa Red tout en se demandant si c’était des disciples d’Etz.

Red continua sa route. Il fit le tour des zaaps, n’ayant pas la force de marcher beaucoup mais voulant voir ce qui se passait sur le continent. Rien de bien nouveau. De nombreux guildeux, allianceux et autres connaissances qui avaient indiqué ne pas être dispo de la journée étant donné qu’ils avaient de nombreux donjons de prévus, et étaient donc par conséquent en train de roupiller au bord des différents zaaps. Panta et Fah, symbole des tensions entre Gardiens et Crousti, étaient comme à leur habitude à Sufokia, en train de discuter joyeusement.

La nuit tomba.

« Déjà ?! » Il avait l’impression de s’être réveillé il y a moins d’une heure. Il soupira de nouveau, et se dirigea vers sa maison. Une nouvelle journée sans éclat, sans action, et pourtant… il se retrouvait épuisé, à bout de forces.  Il ne put s’empêcher un sourire amer. « Quelle ironie, moi qui enchainait les donjons en quête de gloire il y a pas si longtemps encore, me voilà tenant à peine debout. O dieu Sram, tu es bien cruel de me poisser à ce point ! Ma fin arriverait non pas en donjon, des mains de mobs trop puissants, mais dans mon cercueil, pendant mon sommeil ? »

Red s’allongea, pensif, puis se ravisa.

« Non ! Je ne me laisserais pas faire. »

Red enfila ses équipements les plus robustes, s’arma de ce qu’il avait de plus puissant, et sorti de nouveau. Il n’y avait qu’un seul endroit où il pouvait aller. Un sourire démoniaque et fourbe s’empara du vieux sram.

« Puisque les dieux ne me l’offriront pas, j’irai le chercher moi-même ! A nous deux, Harebourg ! »

Arrivé devant la tour de la Clepsydre, le brave aventurier s’arrêta quelques instants pour cueillir les deux-trois perce-neige qui avaient poussé aux alentours, avant d’entrer d’un pas assuré dans la tour qui probablement signifierait la fin de son aventure.

Sentant ses dernières forces le quitter peu à peu, il se faufila à travers les hordes de créations du Comte. « Je n’ai pas de temps à perdre en dehors du donjon ! »

Red entra enfin dans le donjon. Il sourit de nouveau, avant de rassembler toutes les forces qu’il lui restait.

« Je vais bien en avoir besoin. », dit-il en rigolant, «  Et maintenant… »

« Harebourg ! Où te caches-tu ? Je suis là, viens te battre ! », Hurla-t-il.

Les créations du comte s’activèrent sur le champ. «  Je me doutais bien qu’obtenir une audience ne serait pas si simple, le comité d’accueil n’a pas l’air de donner l’impression de vouloir me laisser passer. »

Le petit sram inspira profondément malgré l’absence de nez, puis alla à la rencontre des mobs qui lui fonçaient dessus.

« Soit, puisqu’il en est ainsi, venez me tenir compagnie ! »

Le combat commença, mais red le savait déjà, le couloir était trop étroit, ces chances de victoires étaient nulles. Et pourtant, il ne pouvait s’empêcher de sourire. « Voilà comment devrait se terminer une aventure pareille ! O mort, O amante qui m’échappe depuis bien trop longtemps, accepte enfin de me prendre dans tes bras »

Le brave sram était comme possédé. Le combat n’avait commencé que depuis peu de temps, mais seul deux mobs demeuraient, et red, à bout de souffle et à l’article de la mort, essayait tant bien que mal de se relever et de tenir son arme.

« Ce n’est… pas fini… »

Et pourtant, simple coïncidence ou signe du destin, il lâcha au même moment son arme, n’ayant plus assez de forces pour la soulever.

«J’aurai probablement dû recoller mon bras avant de venir… Ha ha ha, tu es bien cruel, O dieu sram »

Les deux mobs, ne laissant rien au hasard, se rapprochaient lentement mais surement, et red ne pouvait que les regarder faire, attendant le moment fatidique. Le « regard » et le sourire que leur lançait cet intrus faisait redoubler de vigilance les créatures du comte. L’absence d’yeux chez cet aventurier rendait difficile le fait de deviner ce qu’il pouvait bien tramer, et de peur qu’il ait un dernier piège dans son sac, elles hésitaient à attaquer et prenaient toutes leurs précautions. La vérité, pourtant, était à des lieux de cela : Red n’avait rien en réserve pour se défendre, et avait perdu conscience de par la douleur il y a un moment déjà. Il avait souri juste avant car il était satisfait, son vœux avait été satisfait. Il allait mourir en aventurier, dans un donjon.

« Hein ? Ou suis-je ? Je suis… mort ? Ou peut-être pas ? Serais-je simplement en train de dormir ? Hmm… me sens léger tout d’un coup. Ça me fait penser, il y a plusieurs histoires que je n’ai pas encore racontées ! Bon, va falloir que je m’y mette un de ces jours »

Au bout de minutes qui semblèrent interminable, il fut enfin à portée des attaques des créatures qui, ne pouvant plus temporiser, attaquèrent ensemble.

Red »izdead »now